Decorative chevron

Infrastructure: La firme CPCS réussit sa démarche carboneutre

Featured image

L’équivalent de 530 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre (GES) émis par CPCS compensés par l’achat de crédits carbone.

La firme-conseil internationale spécialiste des infrastructures est désormais engagée à compenser ses émissions de GES par l’achat de crédits carbone sur une base annuelle. Elle s’engage aussi à investir dans ses opérations afin de réduire à la source ses émissions de GES. 

La compensation ne confère pas le droit de polluer et ne cherche pas à rendre plus acceptables les émissions de GES. Cela dit, bien que CPCS génère une valeur économique, environnementale et sociale positive par l’entremise des projets qu’elle aide à concrétiser, il n’en demeure pas moins que CPCS est résolue à minimiser ses impacts environnementaux et sociaux liés à ses activités.

Comment CPCS a compensé 530 tonnes de GES

Pour son exercice financier 2019-2020, CPCS a émis l’équivalent de 530 tonnes de GES. Pour parvenir à ce résultat, une équipe interne spécialiste des énergies renouvelables a cerné toutes les sources responsables de GES. Parmi les constats :

  • Près du trois quarts des GES émis sont liés aux déplacements d’affaires par avion
  • Le carburant consommé les déplacements domicile-travail des employés 
  • La consommation énergétique des immeubles dont CPCS est propriétaire 

Cette quantité de GES a été entièrement compensée par l’achat de crédits carbone dans le cadre de deux projets certifiés Gold Standard au Tchad et au Mozambique. 

Ces projets ont des impacts économiques et environnementaux importants : 

Cette action s’inscrit dans une démarche continue d’être carboneutre à compter d’aujourd’huiCPCS continuera de compenser l’équivalent des GES émis par ses activités. L’achat de crédits carbone est en fait une des pierres angulaires de spolitique de responsabilité environnementale et sociale.

Apprenez-en plus sur CPCS:

  • Responsabilité sociale d’entreprise : CPCS redynamise sa politque

Vous aimez ce que vous avez lu? Inscrivez-vous à notre infolettre ci-dessous.

Partagez : Twitter LinkedIn Send email