Decorative chevron

Trans-Caucase : Faire d’un corridor de transit un moteur économique

Project image

La principale route maritime reliant l’Azerbaïdjan et la Géorgie à l’Europe et à la Chine a pour but de rivaliser avec les corridors commerciaux concurrents.

Le défi

Comment tourner le couloir de transit transcaucasien (CTC) en une route commerciale fiable et compétitive reliant l’Europe et la Chine ? En corrigeant bien sûr ses problèmes de performances en matière de fret et de logistique.

Reconnaissant que CPCS possède une expertise approfondie dans ce domaine, la Banque mondiale a demandé une solution pour améliorer cette infrastructure de transport multimodal.

« L’objectif final est de faire du couloir de transit transcaucasien une alternative tout aussi souhaitable aux routes maritimes », déclare Vivek Sakhrani, expert en transport à CPCS.

Ce que nous avons fait

CPCS a pris les mesures suivantes pour prescrire des améliorations pour le CTC :

  • Étudier les conditions et les caractéristiques du CTC
  • Analyser les flux de marchandises et de fret
  • Évaluer les obstacles physiques et non physiques
  • Mesurer la performance du CCT par rapport aux corridors commerciaux concurrents

« Cela nous a conduit à élaborer une stratégie et un plan d’action basés sur les données », explique Vivek. « Notre étude présente les gains à court, moyen et long terme et détaille les résultats attendus pour le couloir. »

Impact

La réduction des temps de transit et une plus grande fiabilité devraient faire passer le nombre de conteneurs en transit de la Chine vers l’Europe de 350 à 60 000 par an. Cela permettra de stimuler la croissance économique en Azerbaïdjan et en Géorgie.